Le soin informationnel

Un travail au niveau fondamental de l’existence

     La notion d’énergie vitale est aujourd’hui admise et prise en compte dans plusieurs pratiques thérapeutiques. Les questions de l’éther, d’un champ d’énergie à la base de toute la structure du monde physique fait partie du débat scientifique depuis longtemps et est défendu par un certain nombre de religions et traditions. Ce qui est moins connu en revanche, même dans les courants spirituels les plus anciens, c’est qu’un autre niveau de la création précède celui de l’énergie. 

     Ce niveau est celui de l’information : ce qui signifie que tout est d’abord de l’information, puis celle-ci se manifeste dans un certain espace-temps avec un volume, une fréquence, une amplitude, etc… et devient par là-même de l’énergie. Cette énergie, condensée et ralentie jusqu’à une certaine vitesse nous est alors perceptible par nos 5 sens en tant que matière physique.

     Le « moteur » de ce processus de création est la Conscience (au sens large). Nous-mêmes, humains, sommes en constante recréation de notre propre réalité, aussi bien intérieure (corps, organisme, santé en général, émotions, pensées…) qu’extérieure (les évènements, rencontres, situations…), que nous en soyons pleinement conscients ou pas. Tous les éléments que nous percevons dans le monde sont interconnectés à différentes échelles (champs électromagnétiques s’échangeant des informations, contact des nuages d’électrons et des particules les plus microscopiques), et l’influence exercée sur un objet quel qu’il soit, même une molécule, affecte l’information de tous les éléments en contact avec cet objet (autrement dit chaque particule ciblée par une attention ou une concentration de l’être humain retransmet à son tour de l’information à l’univers entier). 

 

     La méthode de soin informationnel que je pratique, issue des enseignements de Grigori Petrovitch Grabovoï, agit directement au niveau informationnel (et donc fondamental) de l’existence ; soit de toute matière, évènement ou disfonctionnement perçu par notre conscience comme élément de notre réalité. Il ne s’agit pas d’une approche philosophique qui consisterait à éluder de notre perception l’existence même de nos maux en étant dans le déni, mais bien de rectifier ce qui peut l’être de manière très concrète grâce à des techniques « spirituelles » et une connaissance plus profonde des processus de réalisation des évènements et de création des éléments physiques. Nous pouvons par exemple ainsi restaurer des organes, faire disparaitre des tumeurs ou encore alléger le poids de nos blessures émotionnelles (qui sont aussi des informations). Le champs d’application est infini… tout autant que les méthodes de traitement.

Une infinité de méthodes et d'applications 

     Toute maladie, perturbation physique, émotionnelle ou encore psychologique est considérée au niveau informationnel comme une « déviation de la norme », soit un dérèglement de l’état de fonctionnement originel qui est censé être parfait (tout est parfait en amont de ce qui est projeté et perçu par la conscience). Par exemple, si un organe est affecté, nous parlerons ici d’un objet d’informations à remettre à la norme ; pour ce faire nous pouvons nous connecter au champs informationnel source (qui peut être vu comme la base de données contenant toute l’information de l’univers) pour y récupérer l’information originelle (donc parfaite) de l’organe en question, puis la transférer par le biais de notre conscience à l’organe défectueux à rétablir… un peu comme si on réinstallait un logiciel défaillant à partir de son CDROM d’origine pour « remplacer » les informations erronées de celui-ci par les bonnes.

      De ce fait, la simplicité apparente de cette pratique fonctionne d’autant mieux que la conscience de la personne effectuant la concentration est structurée et elle-même nettoyée d’un certain nombre de limitations. Les technologies informationnelles sont essentiellement basées sur l’état d’Être du praticien car ces actions s’effectuent par l’intermédiaire de concentrations, de ressentis, de sentiments, de la clairvoyance et d’autres perceptions extra-sensorielles… Pour autant ces états sont à la portée de tous et peuvent s'apprendre comme n’importe quelles connaissances, car ces « capacités » apparemment exceptionnelles font toutes parties de nous (en tant qu’humains) et de notre potentiel individuel illimité. 

      Si les séries numériques sont de loin les technologies de normalisation les plus connues de Grigori Grabovoï, l’éventail de possibilités d’action proposé par ses enseignements va bien au-delà : contrôle de l’information et des évènements par les structures fondamentales (Âme, Esprit, Conscience, corps physique), par les sentiments et l’énergie d’Amour, par la perception et le contrôle du temps, par transfert d’informations en utilisant les objets de la réalité extérieure, etc… 

Pourquoi faire ce type de soin ?

     Absolument tout peut potentiellement être amélioré, régénéré, soulagé (…) par les techniques informationnelles. Ce qui est logique puisque tout, à la base, est information !

     L’efficacité dépendra de plusieurs facteurs dont le volume d’informations à traiter (accélérer la cicatrisation d’une petite entaille localisée demande mathématiquement moins de ressources que la repousse d’un membre), le niveau de structuration et de concentration de la conscience du praticien (ou des praticiens car les actions peuvent être effectuées collectivement pour plus d’efficacité), de l’ouverture de conscience de la personne à soigner (plus on croit en la réalité du procédé, plus on ouvre ses « portes » aux informations transmises par le praticien, en plus de participer soi-même au pilotage de la réalité)…

     Au-delà des bénéfices pour la santé qu’engendrent un tel soin, c’est tout un processus de reconnexion à notre nature véritable qui s’opère dans ces méthodes ; des prises de consciences s’effectuent ; chaque cellule du corps physique est impactée positivement par les concentrations effectuées… 

Tarifs

1 heure de soin : 65€

 

Etudiants, titulaires du RSA, personnes en situation de surendettement: 33€ pour 1 heure de soin.

  • b-facebook